Tab Content
No More Results
About fxbinaire

Basic Information

About fxbinaire
Biography:
La Bourse de New York a repris des couleurs ce lundi. La cote a notamment été tirée par Apple alors que les analystes prédisent des ventes d’iPhone toujours plus importantes. Facebook a chuté de 11%.

Les marchés d’actions américains ont abordé la séance timidement, en légère hausse ce lundi. Avant d’accentuer ses gains et de finir sur un rebond notable, dans un contexte pourtant morose. Le Dow Jones a fini par gagner 1,09% à 12.504 points, le S&P 500, +1,60% à 1316 points, et le Nasdaq +2,46% à 2847 points. Vendredi, Wall Street a fini en baisse, dans le sillage des Bourses européennes, tombant à son plus bas depuis début janvier malgré l’introduction de Facebook. Facebook qui a clôturé cette séance sur une chute vertigineuse de 11%, à 34,03 dollars.

Vendredi, pour son premier jour de cotation, le titre du réseau social a suscité un volume historique d’échanges mais il a affiché une bien maigre hausse (+0,6 %). La première cotation du célèbre site internet avait en outre débuté près d’une demi-heure plus tard que prévu, à cause de l’encombrement des ordres d’achat et de vente. Le patron du Nasdaq a fait amende honorable reconnaissant la responsabilité de son entreprise. Plusieurs grandes valeurs de la sphère internet récemment introduites en Bourse comme Groupon, Zynga et Linkedin ont chuté face au peu d’enthousiasme suscité par Facebook lors de cette première journée de cotation.

Ce lundi, c’est Apple qui a pris la tête d’affiche, porté par des recommandations très favorables de la part des analystes financiers, notamment sur les ventes d’iPhones. Le PDG d’Apple (+5,83% à 561,28 dollars), Tim Cook, et celui de Samsung Electronics, Choi Gee-sung, se sont retrouvés face-à-face aujourd’hui devant un juge américain pour tenter de trouver une issue négociée au conflit qui les oppose sur des brevets que le groupe américain estime enfreints par son concurrent sud-coréen.

En Bourse, la banque verte tombe à son plus bas historique. Au cours actuel, mieux vaut faire preuve de patience que revendre, car l’essentiel des pertes possibles sur la Grèce est déjà intégré dans le cours de Bourse.

Le cours du Crédit Agricole s’installe en dessous des 3 euros, un cours jamais atteint depuis l’introduction en Bourse de la banque en décembre 2001. À ce niveau le groupe ne pèse plus en Bourse que 7,47 milliards d’euros, ce qui en fait une des plus faibles capitalisations du CAC 40. Legrand, pourtant le plus récent entrant dans l’indice, le talonne déjà à 6,76 milliards d’euros de capitalisation.

En trois mois la capitalisation boursière de Crédit Agricole a baissé de 42 % ce qui correspond à la destruction de 5,5 milliards d’euros. Ce montant est très supérieur au risque totale de la banque sur la Grèce qui déjà largement provisionné dans les comptes. Selon les calculs réalisés par différents bureaux d’analyse, une sortie de la Grèce de l’euro, accompagnée d’une dépréciation de 50 % de la monnaie grecque, conduirait à une perte totale de 2,6 milliards d’euros. Cela en sachant que la filiale bancaire Emporiki a déjà été à l’origine d’une perte de 567 millions d’euros dans les comptes trimestriels.

La banque verte ne communique pas le détail de tous ses engagement sur la Grèce, mais elle a précisé lors de la publication des résultats au 31 mars que le taux de couverture de ses créances (publiques et privées) dépréciées avait été porté à 72,1 %, en sachant que l’essentiel des créances visées concerne ses engagements en Grèce.

Le sentiment des experts du Figaro Bourse: Crédit Agricole qui a déjà recapitalisé à trois reprises sa filiale Emporiki acquise en 2006 serait certes obligé de «remettre au pot», mais avec un cours de Bourse revenu à moins de 3 euros une bonne partie de la perte sur la Grèce est largement prise en compte. Il faut en effet savoir qu’au 31 mars, la banque disposait de 4,8 euros de fonds propres par action, après avoir provisionner l’essentiel de ses engagements ourla Grèce. Tant que la visibilité ne sera pas dégagée sur la Grèce, il vaut mieux s’abstenir de spéculer sur un possible rebond des titre, mais il semblerait qu’au cours actuel une bonne partie des pertes potentielles soit déjà dans les cours. Dans ces conditions, les actionnaires du Crédit Agricole ont tout intérêt à faire preuve de patience sur la valeur.

Horizon d’investissement: moyen/long terme.

Profil d’investisseurs: détenteurs d’actions Crédit Agricole dans un PEA.

Le réseau social perd plus de 13% sur le Nasdaq.

Wall Street a enfin réussi à redresser un peu sa trajectoire, à enrayer une série inexorable de replis depuis le 2 mai dernier grâce à une vague de rachats à bon compte.
L'idée c'est que le potentiel à la baisse est peut être épuisé si l'Europe prend enfin les mesures -et consent les sacrifices- nécessaires pour résoudre la crise grecque (et consolider le système bancaire espagnol).
Signe de la soudaine décrue des angoisses de la fin de la semaine passée, l'indice VIX a rechuté de -12,5% (vers 22) après avoir franchi le cap des 25 vendredi et induit la menace d'un scénario noir, avec le niveau des 30 en ligne de mire sur l'échelle du stress intégral.

Les indices US ont fini dans le 'vert vif' avec un Dow Jones en hausse de 1,1% dans le sillage des cycliques Boeing +3,8%, Caterpillar +3,7%, Alcoa +2,2% (JP Morgan a en revanché -2,9%).

Beau rebond également du côté des 'technos', à part l'exception notable de Facebook qui plongeait de -11% à 34,03$: un seul titre était en repli au sein du Nasdaq-100.
Côté hausses, Sears reprenait +7,2%, Joy Global +6,5%, Apple +5,8% à 561$, Autodesk +5,3%, RIM +4,6%, Priceline et Citrix +4%, eBay +3%.

La deuxième journée de cotation est cauchemardesque pour Facebook. L’action s’effondre de plus de 13% aux environs de 33,56 dollars.

Par ailleurs, de nombreux incidents ont émaillé la première journée de cotation de Facebook. Des traders se sont plaint de ne pas pouvoir annuler leurs ordres. D’autres se sont agacés car ils n’étaient pas en mesure de vérifier si leurs transactions avaient été exécutées. Le patron du Nasdaq s’est d’ailleurs excusé.

Comme c’est souvent le cas lors des introductions en demi-teinte, les banques conseil ont été obligées d’acheter des titres pour soutenir le cours de Facebook. Tout le monde semble l’avoir oublié, mais c’est ce qui s’était produit à l’introduction d’EDF.

Le sentiment des experts Figaro Bourse: L’introduction a été menée dans une ferveur sans précédent. La valorisation a été gonflée même si Facebook est une société digne d’intérêt. Les opportunités sont nombreuses en Bourse. Nous ne voulons pas nous lier à un dossier compliqué à analyser à plus d’un titre. Nous sommes vendeurs de Zynga et Linkedin.

Horizon d’investissement: sans objet.

Profil d’investisseurs: intéressés par la technologie.


Les huit dirigeants des pays les plus riches de la planète, réunis à Camp David (États-Unis) ce week-end, se sont mis d’accord sur deux points: donner la priorité à la croissance et maintenir la Grèce dans la zone euro. Mais pour les spécialistes de Saxo Banque, «le sommet du G8 n’est pas réellement parvenu à délivrer de messages rassurants quant aux solutions à prendre face à la crise qui s’abat sur l’Europe». De fait, en Europe la situation s’aggrave avec l’Espagne qui a revu à la hausse son déficit public 2011, à 8,9 % du produit intérieur brut contre 8,51 % prévu jusqu’à présent, en raison du dérapage budgétaire de certaines régions espagnoles.

Sur le marché des devises, l’euro se stabilise face au dollar à 1,2747 dollar 1,2773 dollar vendredi soir. Sur les marchés pétroliers, le Brent de la mer du Nord gagne 0,28 % à 107,61 dollars et le WTI américain avance de 0,45 % à 91,92 dollars.
Les valeurs à suivre

Yahoo!(+10,4% à 15,58 euros): le directeur général du groupe chinois de commerce en ligne Alibaba, Jack Ma, va racheter une participation de 20 % que détient Yahoo dans sa société, ce qui pourrait lui permettre d’accélérer sa marche vers une introduction en Bourse, ont annoncé lundi les deux groupes. Le portail internet américain va céder la moitié des 40 % qu’il détient pour 6,3 milliards de dollars en numéraire et jusqu’à 800 millions de dollars de nouvelles actions préférentielles Alibaba.

Lowe’s (-10,17% à 25,71 dollars) numéro deux mondial du bricolage, a revu en baisse son objectif de bénéfice annuel et annoncé que la demande avait ralenti vers la fin du premier trimestre.

Campbell Soup (-1,86% à 32,78 dollars) a publié des résultats en baisse pour le troisième trimestre de son exercice clos à fin avril, tout en maintenant ses objectifs de performances annuelles. Son bénéfice net est ressorti à 177 millions de dollars, soit 55 cents par action, contre 187 millions (57 cents/action) un an plus tôt.

Chesapeake Energy (+3,97% à 14,93 dollars) a annoncé une baisse des rémunérations de son conseil d’administration d’environ 20 %. Par ailleurs, Fitch a dégradé la note de la société de «BB» à «BB-» et maintient sa perspective «négative».

Google (+2,28 % à 614,11 dollars) : Le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia, a indiqué avoir écrit au patron de Google, Eric Schmidt, pour qu’il prenne des mesures «dans les prochaines semaines» afin d’éliminer tout risque de position dominante de Google dans plusieurs domaines. Par ailleurs le groupe internet a obtenu l’accord du régulateur chinois pour l’acquisition de Motorola Mobility.
Game Preference:
Call of Duty: Modern Warfare 3

Signature


Statistics


Total Posts
Total Posts
0
Posts Per Day
0
General Information
Last Activity
22-05-2012 01:07 AM
Join Date
21-05-2012
Referrals
0
No results to show...